Une entreprise peut avoir plusieurs étapes dans sa vie. Cela commence par sa création, puis se poursuit par son développement, pour se terminer par son déclin. Cette dernière phase ne marque cependant pas forcément la fin du projet de l’entrepreneur. La stratégie est à sa disposition pour lui permettre de donner un nouveau souffle à ses affaires. Elle se résume par le développement d’une nouvelle activité par l’entreprise. Cela représente un certain relais de croissance qui nécessite toutefois une prise de décision empreinte de maturité et qui résulte d’une mûre réflexion.

Faire une analyse pertinente des impacts éventuels

Avant de se lancer dans la stratégie de diversification,il est impératif que les dirigeants de l’entreprise procèdent par un diagnostic précis. L’objet de ce diagnostic sera en premier lieu, la recherche des motivations de ce changement majeur dans la vie de la société. Ensuite viendra la définition des besoins réels de cette dernière à opter pour une autre spécialité.

Dès que le diagnostic est fait, une analyse pertinente des impacts du changement sur l’entreprise suivra. Tout d’abord, on a l’étape de préparation qui consiste à réunir tous les acteurs importants dans la structure de l’entreprise.

La suite se traduira par l’élaboration d’une liste des différences qui pourraient surgir entre l’état actuel des affaires de la société et celui prévu. L’analyse prendra fin sur la détermination des domaines potentiels d’impacts qui peuvent être la stratégie globale, la structure, le personnel, les systèmes ou la culture. Par exemple, si les chefs d’entreprises projettent de passer à la production de leurs propres objets publicitaires tels les clés USB personnalisables, sur ce site : http://bestofusb.com/fr/objets-publicitaires , ils doivent cerner au maximum les répercussions que cela pourrait avoir sur leur société d’une manière générale et aussi détaillée

Les différentes formes de stratégie de diversification

En général, il existe 4 formes de stratégie de diversification. On distingue notamment :

– la diversification conglomérée : l’entreprise s’engage dans une activité distincte de celle qu’elle avait initialement. La société n’a peut-être pas beaucoup d’expériences dans le domaine, mais cela contribuera à réduire considérablement les risques d’expansion des dégâts, en cas de difficulté de l’une des activités.

– la diversification concentrique : dans cette stratégie, l’entreprise étend progressivement le changement projeté, en exploitant tout d’abord sa clientèle existante en lui proposant de nouveaux produits et services. Ensuite, de nouveaux marchés seront à conquérir au fur et à mesure.

– la diversification horizontale : elle se traduit par la proposition de nouveaux produits issus du même système de production que les anciens, à la clientèle de l’entreprise. Cette stratégie mise sur la sécurité de cette dernière puisque les risques se retrouvent fortement minimisés.

– la diversification verticale : elle consiste à intégrer dans les opérations de l’entreprise, diverses autres activités. On distingue notamment deux façons de l’appliquer. On a en premier lieu l’intégration en amont qui donne l’occasion à la société de se rapprocher un peu plus de sa clientèle en éliminant les intermédiaires en devenant distributeur direct. En second lieu, il y a l’intégration en aval qui consiste à se passer des sous-traitants et des fournisseurs et de se charger des tâches qui étaient habituellement effectuées par eux. Cette stratégie prône une certaine dépendance de l’entreprise.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone